Mercredi, 24 juillet 2024
• • •
    Publicité

    Interview With the Vampire, saison 2 : plaisirs de la chair et des catacombes !

    À l’automne 2022, AMC frappait fort en offrant une relecture à la fois sanguinolente, intelligente, sexuellement débridée et mordante (le jeu de mots est intentionnel) des deux premiers titres de la Chronique des vampires d’Anne Rice. Les attentes étaient donc très grandes pour la suite et le défi est remporté haut la main !

    La première saison d’Interview With the Vampire se terminait alors que Lestat (Sam Reid) affrontait un funeste destin et que Louis (Jacob Anderson) et Claudia (Delainey Hayles dans la saison 2) fuyaient vers l’Europe afin de découvrir leur semblable et de briser l’isolement auquel les confinait une relation toxique autour de leur créateur. Les personnages se trouvent ici plongés au sein d’une Europe qui émerge lentement de la Seconde Guerre mondiale, au cœur d’une réalité qui s’avèrera pour eux à la fois cruelle et enivrante !

    En effet, l’univers sophistiqué auquel Lestat les avait habitués ne trouve pas vraiment son équivalent outre-Atlantique, à l’exception du Théâtre des Vampires où, en plein cœur de Paris, réalité et fiction s’entrelacent. Les spectateurs et spectatrices, avides de sensations fortes, ne se doutent pas que l’on se joue d’eux et que le billet de spectacle pourrait les conduire à occuper un rôle surprenant, celui de plat principal.

    À l’instar de la saison précédente, l’action se décline en plusieurs périodes temporelles : 1) le présent où le journaliste Daniel Molloy (Eric Bogosian) interview Louis (Jacob Anderson) et Armand (Assad Zaman) ; 2) le passé où Louis et Claudia explorent la société vampirique européenne de l’après-guerre ; 3) le passé reculé d’Armand et de Lestat, à travers un 18e siècle où la société vampirique émerge progressivement de l’ombre.

    Même si Lestat n’est techniquement plus le protagoniste de la saison, cette construction illustre avec éloquence que, même absent, il demeure le pivot central des actions et des pensées de plusieurs. Ses apparitions se révèlent d’ailleurs toujours un plaisir incommensurable en raison de sa flamboyance, de ses réparties cinglantes et de son imprévisibilité extrême. Alors que les vampires du 18e siècle se terrent au fond de cryptes lugubres, Lestat s’épanouit et prospère sur la scène des théâtres où il multiplie farces et galipettes et séduit à qui mieux mieux.

    Il entraîne ainsi une révolution chez ses congénères d’outre-tombe, qui réalisent qu’ils ne sont pas la progéniture maudite de Satan qui doit demeurer cachée. Lestat amène des idées nouvelles puisqu’il se fout littéralement des questions de morale et de théologie pour simplement embrasser le plaisir d’être : il propose ainsi un concept de « fierté vampirique », qui flirte allègrement avec le pendant moderne de fierté gaie et ne fait qu’accentuer les liens de la série avec les réalités LGBTQ.

    Il multiplie également sa présence dans les scènes d’après-guerre puisque même si Louis est convaincu de sa mort, il demeure assailli de visions où ce dernier le nargue : mais quelle est la cause de ces apparitions ? Le fruit de son esprit tourmenté par la culpabilité, un lien télépathique puissant qui le lierait à son créateur miraculeusement toujours en vie ou un peu des deux ? De son côté, Claudia voit en cette communauté de vampires la possibilité de se dissocier du corps de préadolescente dont elle est prisonnière depuis des dizaines d’années. Ses rêves se briseront rapidement alors qu’elle se voit condamnée à incarner une fillette sur scène. Il faut d’ailleurs souligner une très ingénieuse utilisation des technologies audiovisuelles de lanterna magica pour recréer les effets visuels impressionnants de l’époque.

    Assad Zaman livre quant à lui une performance spectaculaire dans le rôle d’Armand, alors que son personnage révèle un passé tragique tout en alternant entre despotisme et romantisme. Il semble également bien cacher ses cartes dans un double jeu aux intentions troubles, mais quelles sont-elles exactement ? Qui cherche-t-il à protéger : Louis ou lui-même ?

    Le journaliste Daniel Molloy se révèle toujours aussi rafraîchissant, alors qu’il ponctue les entrevues de remarques sardoniques, n’hésitant pas à ramener les pendules à l’heure et à déconstruire la tendance qu’ont Louis et Armand à embellir le passé. Il se fait ainsi un malin plaisir à leur rappeler qu’au-delà du vernis dont ils cherchent à se parer, ils demeurent des bêtes sanguinaires. Par ailleurs, qu’est-ce que ce projet de « grande conversion » qui est murmuré dans l’ombre ?

    Cette seconde saison demeure tout aussi spectaculaire et bouleversante que la première et chaque nouvel épisode est donc attendu avec trépidation. Sa conclusion amènera-t-elle le retour de Lestat ? La chronologie des romans ne peut qu’orienter dans cette direction sans qu’on puisse cependant déterminer quelle forme celle-ci prendra. Demeure cependant le plaisir indéniable de savourer une œuvre télévisuelle hors pair !

    Petite rupture d’immersion francophone
    Comme la saison 2 se déroule majoritairement en France, on pouvait craindre que le problème, déjà présent dans la précédente, s’en trouve décuplé. De fait, si ce n’était de la présence de sous-titres anglais, certains passages en français demeureraient parfois incompréhensibles, avec une exception notable pour Assad Zaman et Roxane Duran.

    La prononciation des autres acteurs, qu’ils soient principaux ou secondaires, entraîne bien souvent une rupture d’immersion, ne serait-ce qu’en raison d’un accent à couper au couteau. Ce n’est pas catastrophique et certains m’accuseront de chipoter, mais il n’en demeure pas moins qu’on décroche à chaque fois du récit pour tenter de décoder ce qui s’est dit. Il s’agit donc manifestement d’un cas où, paradoxalement, le doublage français ne peut que bonifier l’écoute.

    À ce sujet, il faut noter que pour une raison inexplicable, la version française de la saison 1 n’est toujours pas disponible au Québec sur des plateformes de diffusion en ligne. Elle est cependant présente sur le DVD ou le Blu-Ray vendu en Amérique.

    INFOS | Les huit épisodes de la saison 2 d’Interview With the Vampire
    sont disponibles sur AMC et à l’achat sur diverses plateformes.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité