Samedi, 31 juillet 2021
• • •
    Publicité

    Et si Sébastien et Gabriel s’aimaient…

    La première saison de Si on s’aimait a été diffusée sur les ondes de TVA en 2020 et avait fait couler pas mal d’encre. Entre les flatulences de l’un et les «mots doux» lancés par l’autre, disons qu’il y avait matière à réagir ou à rire, mais qu’on n’avait pas assisté à de vrais bons matchs ne serait-ce que temporaires. D’ailleurs aucun couple n’a été formé à la suite de cette première «expérience» qui met en vedette l’approche de la spécialiste relationnelle Louise Sigouin sur les cinq dualités qui influencent nos comportements.


    La deuxième saison de Si on s’aimait a débuté en avril. Émily Bégin et Guillaume Lemay-Thivierge ont repris leur rôle de commentateurs et cette année, il y a plus de diversité: des gais, différents groupes d’âge, des personnes issues de minorités visibles. Les émissions sont autant propices à des incursions rapides dans l’intimité de célibataires à la recherche d’une douce moitié et on s’obstine autant à continuer une relation qui ne fonctionne pas fort jusqu’à l’épuisement dans le but de — peut-être — en tirer des leçons de vie en cours de route, si on est chanceux.
    La production de Si on s’aimait a eu la main heureuse, notamment en sélectionnant Sébastien, 35 ans, chanteur professionnel et premier concurrent gai de la série. Sans hésiter et en toute transparence, Sébastien dévoile qu’il est séropositif dès sa première rencontre avec Gabriel, qu’il a sélectionné parmi six prétendants. Quand celui-ci lui pose quelques questions sur le VIH, le chanteur se confie sans tabou sur sa réception du diagnostic, le suivi de sa maladie et la stigmatisation sociale associée au VIH/sida.

    Gabriel et Louise Sigouin


    On a droit à une excellente démystification d’une situation que plusieurs ne savent pas trop comment aborder. Ça peut sembler anecdotique, mais le fait de parler de séropositivité et d’intransmissibilité du virus dans une téléréalité populaire en heure de grande écoute, c’est énorme. Gabriel n’est pas en reste et aborde le fait qu’il a été victime d’intimidation et son expérience dans le monde de la drag.


    Malgré leurs nombreuses différences, Gabriel avoue à Louise Sigouin qu’il se sent à l’aise avec Sébastien, avec qui il ne reproduit pas ses patterns négatifs qui le menaient souvent, en tant que personne asexuelle, à ne pas être consentant dans ses relations quand elles devenaient rapidement physiques. La sexologue en profite pour glisser qu’elle propose toujours 10 rencontres sans relation sexuelle. Bien qu’il soit encore trop tôt pour savoir jusqu’où ira cette relation naissante, Gabriel et Sébastien nous donnent envie que ça marche entre eux.6

    INFOS | TVA, du lundi au jeudi à 19h, et en rattrapage sur qub.ca

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité