Mercredi, 21 février 2024
• • •
    Publicité

    Full House, juin 2023

    Bonjour soleil, bonjour vacances, le mois de juin est enfin à nos portes ! Qui dit été, dit après-midi à profiter du soleil au parc ou à la plage entre ami.e.s. Mais une journée de fiesta à l’extérieur ne serait pas complète sans la meilleure musique. Il n’est pas poli de monter le volume trop fort lorsqu’on est entouré d’inconnu.e.s, mais avec la bonne playlist, votre haut-parleur Bluetooth peut rapidement faire tourner les têtes et devenir votre meilleur instrument pour faire de nouvelles connaissances. Voici donc le tour d’horizon mensuel des chansons qui se démarquent sur la scène house et dance. Comme le nom de la chronique l’indique, je vous propose trois nouveautés à découvrir et deux succès à réentendre, pour compléter votre FULL HOUSE. Bon mois de la Fierté, et n’oubliez pas de mettre de la crème solaire !

    Trois sorties récentes à découvrir
    Guy Laliberté : I Can’t Sit Down
    Ce n’est plus un secret, Guy Laliberté a pris d’assaut l’univers de la musique house il y a quelques années, prenant les commandes des platines des boites les plus en vue de la planète. Le fondateur du Cirque du Soleil aborde l’art du DJing de la même façon qu’il a abordé les arts circassiens : avec l’objectif avoué de partager sa passion et de faire vivre de riches émotions à son public. C’est mission accomplie avec sa toute dernière chanson, I Can’t Sit Down, parue sous son étiquette Wannabe A Frog Records. La chanson fusionne des touches de blues et de western, intégrant des instruments comme l’harmonica et la guitare, créant une harmonie parfaite entre la nostalgie et le renouveau. Un incontournable à découvrir !

    • • •

    Kungs + Purple Disco Machine : Substitution
    Kungs et Purple Disco Machine. Voilà. Tout est dit. L’union des forces créatrices de deux machines, l’une française et l’autre allemande, ne peut donner qu’un seul résultat : le tube de l’été sur les chaines et les charts house. De son vrai nom Valentin Brunel, Kungs est notamment connu pour ses succès Never Going Home, Regarde-moi et Clap Your Hands. Purple Disco Machine, qui est de passage au New City Gaz de Montréal le 27 mai, nous a offert les mégas succès Hyptotized, Dopamine et In The Dark. Ensemble, ils proposent une track qui reprend le meilleur des deux DJ. Efficace autant sur le bord de la piscine qu’à l’occasion d’un vino entre amis, Substitution propose un rythme entrainant et une mélodie accrocheuse qui vous donneront rapidement le goût de vous déhancher. On adore !

    • • •

    TOKiMONSTA : Golden Year (David Bowie)
    Est-ce une nouveauté ou est-ce un classique ? On ne sait plus, mais j’ai décidé d’inclure ce remix du chef-d’œuvre de Bowie dans les sorties récentes puisque la DJ américano-coréenne TOKiMONSTA vient tout juste de lancer sa toute nouvelle version de la chanson. Et elle mérite vraiment d’être écoutée. Publié sous l’étiquette Parlophone Records, le remix fait partie d’un trio de chansons revisitées à l’occasion du 75e anniversaire de l’artiste. TAKiMONSTA, aussi connue sous le nom de Jennifer Lee, a collaboré avec plusieurs artistes de renom, dont Beck, Duran Duran et Disclosure, en plus d’avoir collaboré à la série Squid Game, sur Netflix. Il est difficile de s’attaquer adéquatement à un monument comme Bowie, mais le résultat est sans faille.

    • • •

    Deux succès à réécouter
    Zaho de Sagazan : Tristesse
    La jeune chanteuse nantaise Zaho de Sagazan a fait exploser les radios de toute la France l’an dernier avec ses rythmes électroniques teintés d’émotivité. Découverte lors du festival Trans Musicales de Rennes, l’artiste a lancé trois simples en 2022 avant de sortir Tristesse en février dernier. La chanson aux sonorités accrocheuses aborde le contrôle de soi avec le vocabulaire cru qui fait le charme des interprètes français. Zaho De Sagazan a lancé son tout premier album, Les symphonies des éclairs, en mars dernier, je vous recommande donc cette artiste audacieuse qui vous remplira de tout, sauf de tristesse.

    • • •

    Midi Culture : Oh Mammy
    Les fans de Dalida reconnaitront rapidement la complainte nostalgique tirée de Mamy Blue, écrite en 1970. Cette version deep house par le DJ et producteur roumain Midi Culture lancée en 2020 vous transportera toutefois très loin du blues parisien qui avait inspiré le titre original. Intégrant avec brio un puissant chœur vocal et de fines notes de guitare électronique à un fond de basse envoûtant, la chanson fait souffler un vent méditerranéen qui vous donnera le goût de vous tremper les pieds dans la piscine. Assurez-vous d’être au bord de l’eau ou d’avoir un Mai Tai à la main avant d’appuyer sur play !

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité