Dimanche, 25 septembre 2022
• • •
    Publicité

    Lucas J.W. Johnson, dans une galaxie près de chez vous

    Comme plusieurs, le fondateur et directeur de studio de Silverstring Media, Lucas J.W. Johnson, observe un nouveau et puissant mouvement dans l’univers du jeu vidéo: plutôt que de combattre de vilaines créatures extraterrestres avec des armes à feu, les joueurs et joueuses sont désormais appelés à vivre une expérience contemplative. Ils pénètrent dans divers lieux et univers déroutants, ce qui fait naître des émotions et des réflexions profondes, parfois même philosophiques.

    Le jeu Glitchhikers: The Spaces Between, développé par Silverstring Media, en est l’exemple parfait. Attendu plus tard cette année, ce petit bijou créatif financé par le Fonds des médias du Canada (FMC) offre des mises en scène qui ouvrent les horizons et l’esprit.

    «Imaginez, par exemple, que vous conduisez sur une autoroute, alors que joue une musique étrange à la radio, décrit Johnson depuis son domicile de Vancouver lors d’un appel vidéo. «Soudain, des glitchhikers [soit d’étonnantes créatures qui semblent tout droit sorties de l’espace] apparaissent dans votre voiture, car vous les avez supposément fait monter à bord. Elles entretiennent avec vous des conversations surréalistes sur la vie et la mort, le deuil, l’univers, etc. […] Comment réagissez-vous? Le jeu offre des choix de réponses allant de “Oh! C’est triste, mais je ne suis pas confronté(e) à cela!” à “Je comprends tout à fait ce que vous voulez dire!” Il y a aussi d’autres décors et situations possibles: un train de banlieue en fin de soirée, une promenade nocturne, un terminal d’aéroport où vous attendez.»

    Tous peuvent vivre ces expériences à leur façon. Si certains trouveront ces conversations trop profondes (pour ne pas dire lourdes), d’autres les qualifieront d’inspirantes ou de cathartiques.

    Plus intéressant encore, ces discussions invitent les joueurs et joueuses à faire une introspection et à ainsi découvrir où ils en sont rendus dans leur vie, aux dires de Johnson: «En jouant, vous pouvez possiblement vivre une expérience X en rencontrant des personnages, et avoir, six mois plus tard, une tout autre expérience avec ces mêmes personnages (qui n’ont pourtant pas changé d’un poil) parce que vous avez cheminé humainement.»

    Faire les choses autrement
    Lucas J.W. Johnson est l’une des rares personnes ouvertement gaies à diriger un studio de conception de jeux vidéo et de scénarios. Après avoir étudié en création littéraire à l’Université de la Colombie-Britannique et fait ses premières armes sur le marché du travail en écrivant des dialogues pour des jeux vidéo, il a fondé Silverstring Media avec l’artiste queer et transgenre Claris Cyarron. Son but était de concevoir des œuvres réfléchies, plus inclusives

    et représentatives de notre réalité actuelle, comme Glitchhikers: The Spaces Between. Selon Johnson, l’industrie du jeu vidéo est mûre pour du changement. Il est plus que nécessaire que les personnages soient les porte-étendards des voix sous-représentées.

    «Nous avons créé deux personnages explicitement queers dans Glitchhikers: The Spaces Between, explique-t-il. Lorsque l’un des protagonistes féminins fait allusion à sa femme et à ses autres partenaires, vous pouvez le questionner à ce sujet. Son explication permettra de discuter de la réalité queer», explique Johnson, avant d’ajouter: «Nous avons également conçu un personnage en fauteuil roulant. Pour élaborer sa pensée, nous avons fait appel à un consultant qui connaît très bien la réalité des personnes en situation de handicap. Nous voulions éviter d’être moralisateurs [avec les joueurs] en employant des formules du type: “Oh! Laissez-moi vous en apprendre plus à propos de ceci et de cela!”»

    Très rares sont les grands studios qui offrent des jeux comme Glitchhikers: The Spaces Between. Le milieu est reconnu pour être compétitif et dominé par la gent masculine, tant dans les coulisses que dans les jeux eux-mêmes. Mais Johnson veut faire une différence à sa façon en veillant à ce qu’une ambiance positive et bienveillante règne dans les bureaux de Silverstring Media.

    «Il y a beaucoup de roulement dans l’industrie. Les gens y font carrière cinq ans, parfois dix ans, puis ils finissent par s’épuiser, faute d’avoir de bonnes conditions de travail. En gérant notre propre studio, nous pouvons prendre soin de nous en ne travaillant que 30 heures par semaine et en ayant droit à de très bonnes prestations de soins de santé. Grâce au financement que nous avons reçu du FMC pour Glitchhikers: The Spaces Between, nous avons pu renforcer notre équipe, qui compte désormais sept personnes.»

    Est-ce dire que Glitchhikers: The Spaces Between est le début d’une série de jeux qui changera le visage de l’industrie? «En 2022, nous allons commencer à travailler sur de nouveaux projets, répond Johnson. Je suis si impatient de voir ce que les prochaines années nous réservent.»

    INFOS | À venir via www.glitchhikers.com

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité