Samedi, 13 août 2022
• • •
    Publicité

    Foule de plus d’un million de personnes pour les 50 ans de la fierté à Londres

    Plus d’un million de personnes et quelque 600 groupes LGBT+ ont pris part dimanche à cet événement qui se voulait “le plus grand et le plus inclusif de l’histoire”.

    Peinture ou paillettes sur le visage, drapeaux arc-en ciel à foison : une foule joyeuse et colorée a défilé dans les rues de Londres samedi 2 juillet pour célébrer la communauté LGBT+, alors que le “combat continue” 50 ans après la toute première marche au Royaume-Uni.

    Au total, plus d’un million de personnes et quelque 600 groupes LGBT+ étaient attendus à cet événement qui se veut “le plus grand et le plus inclusif de l’histoire”, selon les organisateurs. C’est aussi la première marche des fiertés organisée depuis le début de la pandémie qui avait contraint à son annulation.

    Le défilé parti de Hyde Park à la mi-journée pour arriver à Whitehall, dans le coeur de Londres, rend hommage à la première marche au Royaume-Uni en 1972.

    Plusieurs centaines de personnes avaient pris part à ce rassemblement originel, organisé cinq ans seulement après la dépénalisation de l’homosexualité au Royaume-Uni.

    Il fallait aux militants un “courage incroyable” à l’époque, a salué le Premier ministre Boris Johnson sur Twitter, souhaitant une “joyeuse” marche aux participants.

    En cinq décennies, les participants à la Pride sont passés de quelques centaines à plusieurs dizaines de milliers et le rassemblement, au départ très politique, est devenu plus festif, avec des concerts prévus samedi dont la chanteuse pop américaine Ava Max.

    Dans le cortège, des militants du Front de libération gay étaient présents avec des pancartes proclamant “J’étais là en 1972. Le combat continue pour la liberté des LGBT+ dans le monde”.

    Mais selon Peter Tatchell, militant de longue date des droits LGBT+, certains participants de la marche historique ont boycotté l’édition de samedi, la jugeant “dépolitisée et commercialisée”.

    Pour Oslo
    Stephen Sanders, 54 ans, venu au défilé vêtu uniquement d’un tablier et de sous-vêtements, estime que cet événement annuel reste “très important”.

    “Aujourd’hui encore, il y a des gens qui ne peuvent pas défiler, qui ne peuvent pas être qui ils sont, qui sont lapidés ou tués pour cela, donc la Marche des fiertés est toujours très importante”, a-t-il souligné.

    Mohammed Nazir, 24 ans, membre du groupe Rainbows Across Borders, a déclaré dédier cette marche à ceux qui sont toujours forcés de cacher leur sexualité. Cette marche “est une question d’affirmation de soi, de dignité et d’égalité (..) un mouvement où nous nous battons toujours pour nos droits”, a-t-il dit à l’agence PA.

    Pour le maire de Londres Sadiq Khan, qui a posé pour les photographes aux côtés d’une personne travestie en reine, il s’agit de défendre “un monde plus ouvert, inclusif”

    L’élu travailliste a souligné le “danger” toujours encouru par la communauté LGBT+ de “discrimination, préjugés et violence”.

    “Nous marchons aujourd’hui pour ceux qui se trouvent à Oslo”, a-t-il ajouté en référence à la fusillade mortelle près d’un bar gay de la capitale norvégienne le week-end dernier, qui a conduit à repousser la marche des fiertés à Oslo.

    Dans le cortège ont aussi défilé des manifestants soutenant l’Ukraine, derrière une banderole proclamant : “si vous défendez la liberté, défendez l’Ukraine”.

    Alors que 1 235 cas de variole du singe étaient recensés au Royaume-Uni jeudi dont la majorité sont des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres hommes, des responsables de la santé publique avaient exhorté les gens à ne pas se rendre à la Marche s’ils présentaient des symptômes de la maladie, et à se faire dépister.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité