Lundi, 25 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Les États-Unis demandent au Ghana de respecter les droits LGBTI+

    La semaine dernière, le Département d’État, le département fédéral chargé des relations internationales des États-Unis, s’est dit préoccupé par l’arrestation de 21 militant·es LGBTI+ au Ghana, d’après le Washington Blade.

    Le 20 mai, les autorités ont arrêté 21 militant·es à Ho alors qu’ils et elles « participaient à une conférence visant à promouvoir leurs activités », a déclaré à l’AFP le porte-parole de la police locale, le sergent Prince Dogbatse. Ces 16 femmes et cinq hommes, à qui il est reproché d’avoir participé à « un rassemblement illégal », sont toujours détenu·es par la police et seront présenté·es devant un juge le 4 juin prochain.

    « Le commandement met en garde le public, en particulier les parents, de se méfier des activités des personnes impliquées dans cette inconduite et de les signaler à la police », a déclaré le service de police du Ghana dans un communiqué.

    Dans une déclaration au Washington Blade, un porte-parole du Département d’État a résumé la position des États-Unis sur les droits et libertés LGBTI+. 

    « [Les États-Unis] encouragent les efforts déployés dans le monde entier pour protéger les populations LGBTQI+ contre la violence et les abus, la criminalisation, la discrimination et la stigmatisation, et pour autonomiser les mouvements locaux et les personnes qui cherchent à promouvoir les droits des personnes LGBTQI+. Nous exhortons les dirigeants nationaux du Ghana à respecter les protections constitutionnelles des droits humains et à respecter les obligations et engagements internationaux en matière de droits humains pour tous les individus. Cela inclut les membres de la communauté LGBTQI+. Nous appelons tous les Ghanéens à respecter les dispositions de la constitution ghanéenne qui garantissent la liberté d’expression, d’expression et de réunion pacifique .»

    Ce pays ouest-africain anglophone, très conservateur et religieux, fait face à une vague d’homophobie depuis quelques mois.

    En février dernier, un centre de soutien aux personnes LGBTI+ à Accra avait été fermé par les autorités. En 2018, Human Rights Watch a publié un rapport pour mettre en lumière les violences et discriminations envers les personnes LGBTI+ au Ghana. L’homosexualité y est interdite en vertu de la loi sur les infractions pénales.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Actualités

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité