Jeudi, 28 octobre 2021
• • •
    Publicité

    Selon une enquête, Facebook peut lire des messages privés sur WhatsApp

    Le géant des réseaux sociaux s’est toujours défendu d’avoir accès aux conversations des internautes sur sa messagerie cryptée WhatsApp. Or, une enquête menée par le média ProPublica dément cette affirmation.

    Selon ProPublica, Facebook paie des équipes en sous-traitance à travers le monde afin de modérer les messages de l’application, et donc d’en lire le contenu. «Plus de 1000 personnes sous contrat remplissent les étages d’immeubles de bureaux à Austin, au Texas, à Dublin et à Singapour, où elles examinent des millions de contenus d’utilisateurs et d’utilisatrices.»

    Il s’agit de messages ayant été signalés par des internautes, ou encore par des algorithmes de l’entreprise, et qui ont atterri à leurs bureaux pour subir un examen.

    Facebook reconnaît les faits
    Dans la foire aux questions (FAQ) de son application WhatsApp, Facebook confirme que les modérateurs et modératrices reçoivent les messages les plus récents qui ont été envoyés par l’internaute ou le groupe signalé.

    Mais le géant persiste et signe : il demeure impossible d’écouter les appels personnels ou de lire les messages sur WhatsApp en raison du chiffrement de bout en bout – qui brouille les données à l’envoi et les débrouille à la réception.

    Selon ProPublica, lorsqu’un abus est signalé, une version non cryptée du message est acheminée aux entreprises sous-traitantes pour des fins de modération.

    WhatsApp, détenue par Facebook depuis 2014, a bâti sa marque sur le respect de la vie privée.

    Selon un porte-parole de WhatsApp interviewé par ProPublica, «chaque jour, WhatsApp protège plus de 100 milliards de messages avec un chiffrement de bout en bout pour aider les gens à communiquer en toute sécurité.»

    Dans une déclaration envoyée à Business Insider, un porte-parole de l’application affirme que cette fonctionnalité de signalement est importante pour prévenir les pires abus sur Internet.

    Nous ne sommes pas du tout d’accord avec l’idée que d’accepter de s’attarder aux signalements d’internautes soit incompatible avec le cryptage de bout en bout, a ajouté le porte-parole de WhatsApp.

    Du même auteur

    SUR LE MÊME SUJET

    LAISSER UN COMMENTAIRE

    S'il vous plaît entrez votre commentaire!
    S'il vous plaît entrez votre nom ici

    Publicité

    Consommations

    Les plus consultés cette semaine

    Publicité